C’est un truc un peu difficile à avouer dans le monde de la Tech. Un espèce de secret qu’on partage entre initiés et dont on ne se vante pas vraiment. Une sorte de plaisir coupable réconfortant.

Nécessite faisant loi, il est temps d’assumer nos errements et de vous dire la vérité.

Petit point de contexte, pendant le festival, tout le monde se trimballe avec minimum 3 iPhones un laptop et un wearable (dans le pire des cas). Classique.

Et malgré tout ça, la culpabilité nous pousse à avouer que notre meilleur ami à tous était jusqu’alors, un putain de magazine papier.

Et cette année, misère, il a disparu.

Alors il servait à quoi ? Principalement à éviter d’utiliser l’App du festival. Tous les ans pour s’y retrouver dans la jungle des conférences, on récupèrait précieusement ce petit annuaire qui nous guidait dans nos choix quotidiens.

Depuis 3 ans, en secret, dans l’ombre d’une chambre d’hôtel froide et hostile, armés de papier et de stylos (de stylos ! ) nous utilisions religieusement ce système archaïque pour contourner l’App avec des réflexes d’antan comme écorner des pages ou entourer des mots.

Vous avez bien lu, alors même que nous portions l’évangélisation du tout digital comme une mission sacrée, nous étions nous mêmes hérétiques.

Mea culpa sous clé de bras.

L’App du SXSW avec son design pourri est désormais notre guide suprême et nous sommes contraints de faire ce qu’on dit.

Sic.

3 ans de mensonges pour en arriver là ça veut dire quoi ? Que nos réticences les plus intimes à la technologies devront sauter de gré ou de force.

Bad news, les vôtres aussi.

Pas de scoop ici, mais pris la main dans le sac du déni de réalité technologique, ça fait toujours un peu mal.

On sait que le changement n’est pas une option, et que l’on se doit d’embrasser le futur, mais parfois c’est moins facile que d’autres.